Guérir nos mots : la Dépression

La dépression est un mot courant de notre vie qui nous ouvre une porte bien grande dans la catégorie de la souffrance et de la maladie mentale. Elle est vue comme si elle était mauvaise. Cela fait des années que j’observe ce concept de dépression détruire au lieu de re-construire. Il est temps de changer ces pensées qui nous enferment dans un concept de la dépression si négatif. La maladie mentale n’est pas d’être en dépression mais plutôt les idées préconçues que l’on associe à cet état d’être.

Nous avons le contrôle de nos pensées. En effet, les mots que nous utilisons sont notre choix. Et pourtant, nous utilisons des expressions toutes faites et des idées préconçues au lieu de se poser la question: qu’est-ce que j’en pense moi ?

Notre éducation sociale nous formate dans un schéma de pensée qui nous fait du mal. Elle est ici la maladie mentale, dans notre manière commune de penser.

Comprendre la dépression.

Ce que l’on nomme dépression est un maux commun de notre société mais je ne crois pas qu’elle soit comprise pour ce qu’elle est. La dépression est mal vue donc nous nous sentons coupables et honteux d’en ressentir les symptômes. Cela nous entraîne alors dans un déni émotionnel assez vicieux qui nous fait traîner pendant des années cette dépression devenue alors sous-jacente à notre vie.

Et si la dépression était une phase naturelle de notre développement? Ne pensez-vous pas qu’il soit possible que, comme la nature, nous ayons aussi des phases de transitions émotionnelles ? Pourquoi donc nous mettre tant de pression à ne pas les accepter et nous maintenir ainsi dans la pression?

Oui, la dépression c’est une histoire de pression : la dépressurisation est une chute de pression. Le mot est parfaitement adéquat à ce qu’il se passe en nous. La dépression nous permet de relâcher la pression, une pression naturelle dû à un changement de rythme. Cette pression est grandement amplifiée par la pression que l’on s’impose à nous même pour faire mieux, pour faire plus, pour être conforme, etc. Les idées communes de notre société en rajoutent parce que l’émotion n’est pas acceptée pour ce qu’elle est donc ressentir le besoin de ralentir devient une pression aussi. En fait, nous vivons dans une pression permanente donc cette phase naturelle de dépression s’est transformée en une phase émotionnelle beaucoup plus intense.

La ré-équilibration émotionnelle.

Avec la dépression, nous parlons d’émotion et plus précisément de gestion de l’émotion. L’émotion est un mouvement d’énergie. L’émotion nous traverse comme l’eau coule dans la rivière. D’ailleurs symboliquement l’émotion est associée à l’élément de l’eau. J’en profite donc pour vous inviter à observer le mécanisme de la pression de l’eau, cela vous donnera une idée du mécanisme de fonctionnement de la pression émotionnelle. (barrage, écluse, système de chauffage à la maison, orage…)

L’eau circule.

C’est exactement sur ce modèle que fonctionne l’émotion. Celle-ci veut passer en nous, elle veut entrer et sortir. En nous traversant elle déclenchera des ressentis uniques à notre situation personnelle. Quelques soient ces ressentis, si nous nous empêchons de les ressentir, nous bloquons la circulation de l’émotion.

L’émotion est un mouvement bénéfique pour notre développement personnel.

Souvent c’est notre pensée qui crée de la pression et résiste le passage de l’émotion. Par exemple, quand l’on se sent fatigué et que l’on se force à être excité, quand l’on se sent pleurer et que l’on retient nos larmes, quand l’on se sent d’une telle manière et que l’on se juge pour cela.

Notre jugement intérieur, créateur de pression.

La dépression est une phase de transformation interne. C’est quand notre corps relâche ce qui lui pèse pour s’alléger.

Quand le corps relâche il a besoin de se reposer, c’est donc normal de se sentir fatigué. Notre corps a besoin de se régénérer, alors autorisez-vous à ralentir.

Attention aux idées préconçues qui peuvent vous envahir et vous mettre la pression : « Je suis fainéant, bon à rien, inutile, raté, nul, etc. », « Passer la journée au lit n’est pas être productif. », « je ne fais rien de ma vie », « le monde est foutu, il ne sert à rien de vivre. », etc.

Nos pensées sont des réactions à l’émotion donc il est important de les observer et de travailler à les modifier. Car nos pensées sont ici pour nous soutenir et nous motiver et non nous enfoncer dans une réalité infernale de honte et de culpabilité.

La culpabilité et la honte sont des modes de pensée qui nous empêchent de nous libérer de l’émotion. Par exemple, la culpabilité garde l’émotion en nous comme un fardeau. Elle crée du poids, elle nous pèse et ne nous aide pas à nous sortir de cette phase de dépression.

Une phase naturelle.

La dépression est une phase, elle n’est pas faite pour rester. Pour lui permettre d’être ce qu’elle est il faut l’accepter. Il faut apprécier cette transition pour ce qu’elle nous permet de relâcher. Voyez cela comme un nettoyage intérieur régénératif.

C’est une phase de gestation pendant laquelle nos énergies se re-centrent. Ce mouvement de retour en soi nous guide à concentrer son attention sur soi-même et modifier ses pensées pour les accorder à ses besoins émotionnels.

Changer ses pensées, c’est accepter qu’il y a d’autres possibilités. C’est ouvrir sa croyance à une autre réalité de vie. C’est se permettre de penser que la dépression nous est bénéfique et que notre soutien inconditionnel nous permettra de nous régénérer.

La vie est incertaine et nous offrira toujours des surprises alors pourquoi ne pas s’y aventurer en confiance ? Pourquoi ne pas se permettre de profiter de chaque phase de notre cycle de vie pour ce qu’elle est ?

Après la période de nettoyage, votre être se sentira plus équilibré et vous aurez la force pour créer votre renouveau.

Gérer la dépression.

Si vous sentez cette phase de dépression en ce moment dans votre vie, permettez-vous de vous reposer, permettez-vous de changer vos habitudes pour les adapter à votre état de maintenant. Prenez soin de vous comme vous le feriez avec un bébé : prenez le temps de faire pour vous. Cuisinez avec patience, diminuez votre consommations d’excitants (café, thé, sucre, alcool, mais aussi la qualité des images que vous ingérez…), faites des choses simples pour le plaisir de les faire. Remplacez vos mots jugeants par des mots d’amour et de compassion. Ne vous obligez pas à être social.

Profitez de cette période de dépression pour observer tout ce qui vous met de la pression et apprenez à faire autrement. La vie que vous menez peut être transformée, seulement vous ne pouvez pas savoir à l’avance la nouvelle vie que vous pouvez vous créer si vous ne prenez pas l’espace-temps de vous reconstruire d’abord.

Permettez-vous de prendre du temps pour dépressuriser. Et laissez-vous surprendre par vous-même. Appréciez-vous tel-le que vous êtes.

La dépression est une phase de ré-équilibration de soi.

Trouver de l’aide.

Si vous ressentez des émotions de souffrance et de peur qu’il vous est difficile de relâcher seul-e, demandez de l’aide à des personnes qui peuvent vous accompagner dans votre transformation personnelle. Celles qui vous offrent l’espace de ressentir et vous exprimer.

Votre entourage vous soutiendra à sa manière, ne jugez pas. Et si leur point de vue est oppressant, ne le prenez pas pour vous. Ne vous laissez pas imposer des idées qui ne résonnent pas avec vous. C’est ok de ne pas penser comme les autres.

Je sais que vous connaissez au moins une personne qui a la capacité de vous guider. Contactez-la.

Faites vous confiance et agissez pour vous.

Mon expérience.

Mon point de vue sur la dépression est née de ma propre expérience de vie. Je me suis confrontée à mon propre formatage et mon inadéquation à gérer l’émotion. N’acceptant pas la vision commune de la maladie mentale, je me suis empêchée d’accepter mes propres mouvements émotionnels. Pendant des années je me suis bloquée moi-même avec ma culpabilité et ma honte de ressentir les émotions fortement. Grâce à ma détermination et ma recherche personnelle, je me suis créé une nouvelle manière de penser qui aujourd’hui soutient mon développement avec amour et compassion.

Si vous voulez être guidé-e dans votre transformation personnelle, je vous propose un programme spécial de 5 séances pour créer votre renouveau. Contactez-moi pour les détails.

Pour conclure.

La manière dont nous communiquons avec nous-même influe sur notre santé. Nous avons chacun le choix de continuer à suivre des idées inadaptées ou à recréer sa pensée pour son mieux-être.

Je vous souhaite une dépression pacifiste,

Je vous aime,

Océanie

close

Abonnez-vous à ma lettre

Envoyée à chaque nouvelle et pleine lune.

Une lettre de femme à femme pour nous connecter et activer la circulation de notre énergie d'amour.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :